En France, le secteur des bâtiments à une contribution d’environ 25% à l’augmentation du gaz à effet de serre. Cela est dû en partie aux besoins de climatisation de plus en plus fréquents. De nombreuses solutions de climatisation neutres en carbone ont été développées à cet effet et constituent des alternatives crédibles aux fluides frigorigènes. Dans cet article, nous abordons quatre de ces nouvelles techniques de climatisation neutres en carbone.

Profitez des 3400 km de côtes de la France avec la thalassothermie

La thalassothermie est une technique de réchauffement et de refroidissement qui consiste à récupérer l’énergie calorifique de mer. Ceci dans le but d’alimenter les bâtiments en froid et en chaleur. En effet, le mouvement des vagues produit en continu de l’énergie stockée en profondeur dans la mer.

Dans la pratique, on prélève l’eau de mer à une température modérée (12-25° selon la saison) et une profondeur comprise entre 5 et 10 mètres. On se sert ensuite d’une boucle d’eau douce secondaire pour récupérer les calories présentes dans l’eau de mer tout en rejetant cette dernière. La boucle se charge aussi d’injecter les calories récupérées dans une pompe à chaleur pour alimenter les zones concernées. Avec ce transfert de calories, on pourra soit réchauffer soit refroidir un bâtiment.

Le toit végétal

Il s’agit ici de recouvrir votre toit plat ou légèrement pentu avec du substrat végétalisé. Ce mélange de terre et de plantes aide à isoler le bâtiment, tout en lui conférant une plus grande résistance aux intempéries. Il rafraîchit la pièce en été et limite la hausse de température à l’hiver. C’est en quelque sorte, un mécanisme de climatisation naturelle. Si vous habitez en Île-de-France ou en Hauts-de-Seine, vous pouvez bénéficier d’un financement pour son installation.

Optez pour des murs thermiques

Avez-vous déjà entendu parler de l’inertie thermique d’un bâtiment ? il s’agit de sa capacité à emmagasiner puis à restituer la chaleur de manière diffuse. Plus cette valeur est forte pour un bâtiment, plus ce bâtiment se refroidit et se réchauffe lentement. En optant pour des murs très épais, vous pourrez pour ainsi dire, conserver la température fraîche en été et la chaleur en hiver.

Notez cependant qu’il ne s’agit pas simplement d’un dosage plus élevé de béton au niveau des murs. La construction de ce type de mur nécessite des matériaux spécifiques pour assurer une bonne inertie thermique. Et cela vaut aussi bien pour les murs, que pour les planchers et les cloisons.

Le free cooling

Cette technique de refroidissement utilise la différence de température entre l’air extérieur et l’air intérieur. On peut également se servir d’une eau très froide. Dans la pratique, elle met en œuvre des volets ou des fenêtres automatiques. Ces derniers s’ouvrent et se ferment de manière autonome en fonction des températures et de grilles appliquées sur les ouvertures pour le renouvellement de l’air. Le free cooling emploie en outre d’autres matériels comme les ventilateurs et les pompes qui sont moins voraces en énergie.

Cette technique de refroidissement est surtout utilisée dans les Datacenter appelés à fonctionner 24/24. Elle compense le déficit en personnel chargé d’ouvrir et de fermer les fenêtres.

Intéressé par les matériaux les plus écologiques ? Découvrez notre article sur le sujet !

Partager sur :
Publié dans : BTP

Nos articles liés

Inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *